Expositions

Ponce Pilate à la ferme aux mille lumières 2012

 publié le 5 octobre 2012
(1 vote)
 Ponce Pilate à la ferme aux mille lumières 2012
1719 vues
© jean claude guerguy

<p> <strong>Ciné Art Loisir présente Ponce Pilate expositions culture et savoir à la ferme aux mille lumières 2012 pour garder son âme d'enfant<em>&nbsp; </em><u>un grand spectacle gratuit</u> </strong></p><p><strong>Plus de 10 000 visiteurs en 2011</strong></p><p><strong>Du</strong><strong><em>&nbsp;</em>8 décembre 6 janvier&nbsp; 17h / 20h</strong></p><p><strong> </strong><a class="tooled" href="http://www.cine-art-loisir.com"><strong>www.cine-art-loisir.com</strong></a></p>

Autour du même sujet
Commenter Vos avis
+0
JEANGA a dit

Ponce Pilate est surtout connu comme juge au procès de Jésus. Les chapitres 27 de Matthieu, 15 de Marc, 23 de Luc et 18-19 de Jean rapportent le renvoi de Jésus du Sanhédrin à Pilate, son interrogatoire, la pression de la foule, la libération de Barabbas :
Jésus est conduit devant Pilate par les responsables du Sanhédrin. La nuit précédente, il avait été arrêté à Gethsémani, par une foule armée de bâtons et de glaives, envoyée par les grands-prêtres Jésus avait été trahi par le baiser de Judas. On le traîne alors devant l'ancien grand-prêtre Anne, puis devant son gendre, le grand-prêtre Caïphe qui a convoqué de toute urgence le Grand Conseil ou Sanhédrin. On lui fait alors un procès autour d'une accusation de blasphème. Mais, le pays étant occupé par les Romains, il faut obtenir un autre jugement, cette fois devant le tribunal du préfet romain, Pilate, pour parvenir à une condamnation à mort, il est accusé d'être le « roi des Juifs ».
L'ayant interrogé, Pilate ne voit aucun motif de condamnation. Croyant sans doute avoir trouvé le moyen d'épargner Jésus, il propose à la foule de libérer un prisonnier à l'occasion de la Pâque. Mais, contrairement à ce qu'il attendait, la foule crie « Libérez Barabbas » du nom de cet autre prévenu dont Pilate instruisait le procès au même moment, présenté comme un émeutier, un meurtrier et « un brigand » (c'est-à-dire un révolté Galiléen).
« Et Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que plutôt il s'élevait un tumulte, prit de l'eau et se lava les mains devant la foule, disant : Je suis innocent du sang de ce juste ; vous, vous y aviserez »
Bien que reconnaissant l'innocence de Jésus, Pilate le livre pourtant au supplice de la croix. Il rédige le motif de la condamnation : « le roi des Juifs » ; les autorités juives protestent et voudraient plutôt inscrire: « Il a dit : Je suis le roi des Juifs ». Pilate refuse de changer ce qui est écrit. Après la crucifixion, il accorde le cadavre de Jésus à Joseph d'Arimathie et délègue aux autorités juives la garde du tombeau.

www.cine-art-loisir.com

Modifié par JEANGA le 14/11/2012 à 01:05

Votre évaluation