Cartes postales

Jacques Tati : Sa maison de l'Ermitage au Pecq (2)

 publié le 29 janvier 2008
(2 votes)
Jacques Tati : Sa maison de l'Ermitage au Pecq (2)
2436 vues
© Gérard ROBERT

Seconde photo, 30 ans plus tard : D'après "L'AS.C.A.L.A.", cercle historique alpicois (Le Pecq), cette maison serait la maison de naissance transformée (adjonction d'une véranda), aujourd'hui démolie, de Jacques Tati, celle de ses grand-parents maternels, dite de l'Ermitage et située au Pecq. D'après une autre source sérieuse, cette même maison aurait été acquise par Jacques Tati après le succès de "Mon Oncle", également démolie, elle était située rue Voltaire à Saint-Germain-en-Laye. Cette controverse est donc à résoudre ... (je ne manquerai pas de corriger cette légende lorsque la vérité sera faite. GR)

Autour du même sujet
Commenter Vos avis
+0
Gérard ROBERT Avis de : Gérard ROBERT a dit

Maison de Jacques Tati à Saint-Germ
Informations complémentaires à la légende : D'après le livre TATI de Marc Dondey (avec la collaboration de Sophie Tatischeff), Ramsay Poche Cinéma, cette photo illustre le texte suivant de l'auteur : En 1958, Tati a cinquante ans ... il retourne à Saint-Germain-en-Laye et installe sa famille dans une belle maison en pierre de taille ... Emmanuel Tatischeff est mort en 1957 ; Mme Tatischeff est une octogénaire alerte, à qui son fils a réservé un étage de la nouvelle maison ... G.R.

+2
Gérard ROBERT Avis de : Gérard ROBERT a dit

ERRATUM :Enfin la vérité
Des erreurs communiquées par des sources sérieuses, d'une part l'AS.C.A.L.A (Le Pecq), d'autre part la Cinémathèque /Exposition Jacques Tati (Paris), doivent être absolument rectifiées. En réalité cette maison habitée par Jacques Tati et sa famille de 1958 à 1977 existe toujours, elle est située 9 rue Voltaire à Saint-Germain-en-Laye. Côté jardin la véranda (1935) et la vigne-vierge (1955) ont disparu, c'est une maison blanche que les sympathiques propriétaires, Madame et Monsieur R., m'ont aimablement permis de photographier (2009). Je soumettrai une photo à l'Internaute. Je suis désolé d'avoir préalablement communiqué des informations que je croyais sûres. Gérard ROBERT, Le Pecq.

Votre évaluation